Récit coquin : Au rythme du boléro

Page d'accueil > En Groupe

Au rythme du boléro

+0

Lecture : 6470 fois - Commentaire(s) : 0
Histoire ajoutée le 14/03/2010 par latin_chocolait

0 vote(s)

Latin est assis au bar. il est six heures cinquante du matin, le soleil se lève sur Paris. Dans le quartier de Montmartre, l'aube resplendit de couleur orange-miel.

Latin commande du thé avec deux croissants. Il a chopé en cours de route, dans une libraire donnant sur la rue, le Pariscope de la semaine. Bien installé à table, il découvre les actualités des concerts, théâtres et cinémas. Le Pariscope est envahit d'informations de loisirs irréprochables..

Dévorant avec une bouche gourmande les croissants. Il découvre la page restaurants.

Pour ceux qui ne connaissent pas le Pariscope, ce dictionnaire de sorties, commence par les sorties théâtres, puis les cafés théâtres, bascule sur le cinéma et continue sur les restaurants..


L'homme, (l'être humain devrais-je dire) étant curieux de nature (ou pas) il finit toujours ce qu'il a commencé, quand ça l'intéresse..


Plus loin dans ces pages instructives, viennent les loisirs de la nuit.. en tous genres..
Bowlings, billards, discothèques, mais aussi des loisirs moins sages : bars à hôtesses, lieux libertins, hammams, massages érotiques (ces derniers peuvent être ouverts en journée également, je vous l'accorde )
A la base, Latin veut juste regarder les sorties théâtrales mais sa curiosité l'entraîne sur la rubrique des sorties de la nuit.

Une annonce se présente comme ceci :

Vous voulez pimenter votre vie ?
Envie d'améliorer votre potentiel sexuel ?
l'Agence Intime vous propose ces conseils pratiques
Catalogue et prix sur RDV
adresse : ********

Latin est intrigué par cette annonce qui n'a rien à voir avec les annonces de lieux sur Paris et Ile de France.

Pendant ce temps, à l'opposé de Paris, dans le 16ème arrondissement, une femme, cheveux courts, brune, regard sombre et intrigante mais subtilement charnelle, se prépare pour aller travailler.
Face à son miroir en forme de cœur, elle met un soutien-gorge noir, caressant sa poitrine si soyeuse, enfile des collants, puis écoute les messages sur son téléphone portable.


" Bonjour Naughty, je t'informe que ton annonce est parue dans le Pariscope, et je serai en retard ce soir ma puce, il faut que j'aille à la préfecture comme tu me l'as dit."

Alexiane, sa collègue, doit refaire son permis de conduire.

Naughty part vers son lieu de travail vêtue d'un pantalon en cuir noir, de bottes à court talon de même couleur, chemise crème, veste en cuir assortie à son pantalon, décolleté seyant .

Vers midi, Latin arrive dans la fameuse rue, où se trouve l'endroit repéré dans l'annonce.

Une porte vitrée mais qui ne permet pas de voir l'intérieur afin de rester le plus discret possible.

Latin s'apprête à sonner

- « Vous êtes puceau ? »

Il aperçoit une femme, fumant une cigarette, adossée contre la devanture du piano-bar d'à côté.

- « Je vous demande pardon ? »

La femme doit avoir un sixième sens, son instinct lui dit d'empêcher ce jeune homme d'entrer dans cette agence érotique.

Elle s'avance vers lui :

- « Il faut que je vous la repose ? »

- « je pense que oui »

vant de continuer, elle s'assure que personne ne les écoute.

- « En général, ce sont les puceaux ou les touristes qui entrent dans cet endroit. je travaille à côté, et on parle beaucoup avec la gérante du lieu. »

A côté se trouvait un bar couleur crème foncé. Plutôt sobre et classe, avec des statuettes de musiciens blacks, dans l'ambiance des années blues de la Nouvelle-Orléans.
Elle redemande avec un grand sourire :
- « vous êtes puceau ? »
- « Dans n'importe quel domaine on commence effectivement à zéro, mais je ne le suis pas, ou plus. Mais pourquoi ? »

Latin ose rarement, mais là, il s'entend proposer :

- Ça vous tente ?
- je suis lesbienne..
- promis, je n'ai pas fait de pacte avec le diable pour que vous n'aimiez pas les hommes..
- tout est négociable
- Ni puceau, ni touriste, mais mon côté perfectionniste, me joue des tours..

elle prend son temps, comme dans un bon western, et demande

- vous faites quoi comme métier?
- Pianiste de jazz

Bingo.. Son intuition était la bonne. Il y a trois jours, elle a déposé une annonce sur le Pariscope.. « cherche pianiste de jazz à durée déterminée qui peut éventuellement déboucher sur un indéterminé ».

- ce soir, ça vous dirait de venir faire un essai ?

En disant cela, la femme montre l'affiche sur le devant de la porte, précisant la recherche d'un pianiste..

- je suis gérante du bar.. c'est toute ma vie, donc les trente cinq heures je ne les connais pas.. dans ce métier, on ne les envisage même pas.. et franchement, ma clientèle aime le jazz. C'est ce que je recherche..
- ça vous laisse pas beaucoup de temps pour vos plaisirs intimes ?
- parlons franchement, vous voulez parler de ma vie sexuelle ?
- la possibilité que vous soyez ma futur patronne, me laisse des barrières..
- Je m'appelle Naughty, si vous voulez être embauché, va falloir enlever ces barrières.. je vous rassure, je prend mon pied de ce côté là
- Moi c'est Latin, à ce soir, je viendrai à pied faire mon essai.

Latin aurait pu complètement éviter la discussion, mais il ne savait pas si c'était son regard ou autre chose, mais l'envie de discuter avec elle lui était venu naturellement.

Le soir, comme prévu, il revient. Dans le piano-bar, curieusement il y a beaucoup plus d'hommes que de femmes.

La serveuse embauchée par Naughty, y travaille depuis cinq ans. Elle est féline, ni mince ni grosse mais extrêmement sexy et féminine par ses gestes, par sa douceur et son sourire.

La couleur de ses cheveux toujours mi-mouillés mi-secs, associée à son regard vert font fondre le client assis au bar en attendant un verre. D'un sourire elle peut envoyer balader un client mal intentionné. Même si quelques fois elle abuse de son pouvoir charnel, cela évite de nombreuses bagarres dans ce piano-bar.

Naughty disait souvent que cette serveuse avait un grand pouvoir de séduction naturel.
Serait-ce par sa silhouette? pas forcement.. sa voix, mielleuse, délicate caressant l'âme des gens, a aussi un atout aphrodisiaque..
Si un client (voir des fois, cliente) demande un whisky et quelle propose plutôt de prendre un cocktail.. même si ce dernier n'en veutpas.. A son insu il dit oui, sous le charme de sa voix..
- Naughty ?
- oui !
- c'est lui, le pianiste?
- A l'essai Alexiane, à l'essai.. mais n'y touche pas avant un mois, je n'ai pas envie qu'il lui arrive la même histoire qu'à l'ancien pianiste
- tout dépend de sa résistance !?!
- Alexiane, s'il te plaît

Avec la pointe de ses seins.. Alexiane passe derrière son amie en frôlant son dos, et lâche un soupir qui fait de l'effet à coup sûr à Naughty
- entendu !

Latin arrive en avance.. pose son chapeau sur le support fait pour, accroche également son manteau, se met à l'aise, s'imprègne de l'atmosphère et s'installe sur la banquette du piano à queue, noir laqué.

Sous l'œil d'Alexiane instigatrice écoutant avec attention les qualités de ce pianiste, Latin joue du Herbie Hancock.
Naughty lui demande un autre morceau plus actuel.
Il enchaîne donc avec everything de Michael Bubbley..
Naughty regarde Alexiane comme une demande de permission ou comme forme de soutien.

Naughty : Connais-tu le Boléro de Ravel ?
Latin : Au piano, non, mais le morceau oui
Naughty : T'es engagé

Clin d'œil
Durant toute la soirée une envie indépendante de lui, le presse d'aller voir cette serveuse.
Ils travaillent ensemble, ils doivent faire connaissance.


Après la soirée, Latin rejoint le bar, le vert intense des yeux d'Alexiane capturant son esprit, l'accueille avec douceur.

Latin est assez grand, avec son mètre quatre vingt huit

- tu veux une lingette pour tes lunettes avant de prendre un verre ?

La voix d'Alexiane frôle tous les sens de Latin et il se rend compte du pouvoir de séduction de cette serveuse, ainsi que de son aura.

- heu .. tu parles de la buée ? je veux bien

Latin enlève ses lunettes, les essuie avec la lingette et commande un porto

- ton visage change complètement sans tes lunettes, tu as un joli regard..
- c'est ce qu'on me dit.. Parait-il.

Elle lui sert le vin cuit avec son plus beau sourire.

- Merci !.. je travaille avec une personne dont j'ignore le nom
- Alexiane
- même ton prénom est séduisant
- c'est ce qu'on me dit.
- ça doit être gênant de se faire draguer souvent ?
- je connais les limites, mais je sais que je plais. Il faut jouer le jeu, si on n'accepte pas cela, pas la peine de faire ce métier.. A moi de mettre le holà, je suis serveuse, pas une prostituée ! et de toutes façons je suis en couple avec Naughty
- ah !
- Bisexuelle pour ma part
- enchanté Alexiane

Elle observe Latin en le regardant dans la grande glace derrière : cheveux courts, peau mate, métissé d'un pays qu'elle ignore encore.. qu'importe

Latin : tu rentres comment ?
Alexiane : en taxi
Latin : mais..
Alexiane : Demain je veux bien, pas ce soir..
Latin : je sais être gentleman et..
Alexiane : la question n'est pas là, mais tu vas te faire du mal à résister.. autant attendre demain
Latin : mais..
Alexiane : je sais ce que je dis, ce n'est pas de la prétention, j'ai une intuition féminine très développée, je sais que tu me désires, même si tu as assez de classe pour ne pas trop le montrer..
- L'homme propose, la femme dispose ? (réplique Latin, après avoir bu une gorgé de ce bon porto)
Alexiane : je suis bien d'accord

silence
échange de sourires, celui de Latin est communicatif. celui d'Alexiane, magnétique.

Latin pouvait draguer, séduire ou courtiser (entendez le comme vous voulez) une femme, mais s'il ressentait un fort désir incontrôlé, sa timidité prenait de l'ampleur. par respect de la femme ? Il n'en savait rien.

Latin ajoute

- demain soir à ton appartement ? le mien est en travaux.
- d'accord, 20 heures, tu manges chez moi ?
- j'apporterai des fleurs et le dessert
- prépare pour trois, il y aura Naughty
- A demain Alexiane
- Ton prénom c'est comment ?

en disant cela, elle sort du bar pour lui dire au revoir..

- Je m'appelle Latin

Alexiane s'approche de l'oreille de Latin et lui glisse d'une voix aussi mielleuse qu'électrisante :

- A demain Latin.


Le dimanche soir le bar est fermé..
Latin a noté sur son GPS l'adresse d'Alexiane

Celle-ci a préparé un repas annonciateur d'une soirée chaude : entrée et plats à base d'épices et de gingembre.
Elle a même mis un morceau de jazz, pour l'ambiance cosy. Lumière tamisée;
Comme dessert, Latin a acheté des profiteroles.

Latin ne peut l'admettre, mais Alexiane avait raison..
Elle a hanté sa journée par ses gestes, son sourire, sa voix.
Il n'est pas amoureux, juste enrobé de désirs, sous le pouvoir charnel d'Alexiane.
Naughty aussi a connu ce désir et a succombé au bout de deux ans.

Rires, taquineries, regards, sourires, entre chaque.. des frôlements, des effleurements.. des souffles au creux de l'oreille.
Alexiane a quelque chose de magnétique avec son décolleté, mis juste en valeur de façon élégante mais suffisamment suggestif pour être délicieusement désirable.

Comme dans un tourbillon inconscient, Latin se trouve à quelques millimètres des lèvres d'Alexiane.

Naughty arrête le morceau de jazz et explique la suite de ce qu'ils allaient faire, tout en caressant subtilement le creux du dos d'Alexiane.

- tu as tellement donné du plaisir aux gens Latin, en jouant au piano hier soir, je vais te donner des conseils de perfectionnement pour le cunnilingus, avec l'autorisation d'Alexiane

Alexiane précise :

- mais rien de plus pour ce soir.
- je vous rassure, je ...
Naughty lui coupe la parole

- Oui , on imagine bien, que tu sais en faire mais comme je te l'ai dit hier, je suis lesbienne, je vais te donner un petit truc.

Elle lui demande de se souvenir du morceau du Boléro de Ravel et de faire un cunnilingus à Alexiane au rythme de cette musique mais pas au niveau de la rythmique, au niveau de l'extase.

L'idée de se faire faire un cunnilingus au rythme du boléro de Ravel met tout en émoi Alexiane.

Latin comme aspiré par Alexiane, est déjà en train de l'embrasser.
Délicatesse, douceur, frôlement de la pulpe des lèvres inférieures, caresses de la langue en fusion..

De ses bras musclés, Latin porte la désirable sur le lit, fait glisser sa jupe sous laquelle elle ne porte pas de slip. Elle lui enlève en échange sa chemise en soie couleur chocolat

- attends

Alexiane, part un court instant dans la salle de bain.

Heureusement que Latin s'est rasé la veille. Pour le cunnilingus, il vaut mieux..

Il profite de se déshabiller complètement, sous l'œil témoin de Naughty

- t'énerve pas.. reste cool.. il faut que tu la mettes en condition.

Alexiane revient, s'allonge sur le lit.

C'est alors que, en guise de réponse à Naughty, Latin passe ses mains autour de la poitrine d'Alexiane, pendant que sa bouche frôle les contours de son intimité, puis descend ses mains pour des caresses frôlant la cambrure au niveau de ses hanches.

Latin relève la tête

- je vais commencer doucement, allant de plus en plus vite.. dès que le rythme te va, fais moi signe.

Latin retourne dans la partie la plus succulente d'Alexiane..
Un nectar à damner un curé. !

Tout doucement, il joue avec sa langue tout en délicatesse, dans un rythme progressif
Juste au moment précis où le rythme est quasi parfait pour Alexiane. Un soupir aussi aphrodisiaque que fantasque sort de sa bouche humide.

- hummm..

Naughty parle au creux de l'oreille de Latin.

"C'est bon Latin, continue comme ça et ne lâche pas le rythme, ne change surtout pas de vitesse. aspire, mange, lèche, joue, prends du plaisir, mais surtout, ne diminue pas et n'augmente pas le rythme "

Latin obéit avec aisance, avec sa langue il s'inonde de plaisir et s'enivre de ce nectar.
Et comme dans le Boléro, Alexiane s'envole et ne contrôle plus ses gestes, ses cris intimes, ses pensées...

Une décharge de bonheur électrique l'envahit. Naughty ne résiste pas à se mettre en parallèle à Alexiane, et positionne sa tête au niveau des pieds de cette dernière.

Alexiane n'est plus sur terre.

Naughty lui prend l'index, se l'enfonce dans son intimité et l'utilise comme si c'était le sien.

Au moment de l'apocalypse, Alexiane veut arrêter, mais Naughty réplique

- non Latin, continue, ne t'arrête pas !
Ça y est.. Alexiane part dans un autre monde, complétement ailleurs elle est en pleine extase.. sa peau, son corps sont en ébullition, et sa beauté resplendit comme jamais.

Naughty arrive aussi à l'extase. Latin assiste au plaisir à l'unisson de ces femmes

Latin reste quelques secondes dans l'intimité d'Alexiane pour partager ce plaisir divin.

Alexiane, reprenant ses esprits, embrasse Latin fougueusement pour le remercier et avant qu'il ne se rhabille, elle glisse sa main à la rencontre de ses parties intimes.

- je veux te remercier.
Hypnotisé, Latin voit la main moite d'Alexiane emprisonner son sexe.
Et en continuant à un rythme dont elle a le secret, elle parle à Latin avec une voix qui lui donne des frissons de plaisir dans tout le corps :
(pendant tout le dialogue,Alexiane masturbe Latin)

- Il y a un proverbe italien qui dit : " L'amour donne de l'esprit aux femmes et le retire aux hommes" Je préfère que l'on aille doucement.. comme ce que je suis en train de faire.. que tu t'habitues à donner du plaisir aux gens au piano..
Alexiane accélère légèrement le rythme de la masturbation

- tu va être hanté par mon pouvoir charnel.
Elle lui communique facilement son énergie, elle lui électrise chaque partie qu'elle touche, que ce soit le dos, les jambes, le visage ...


Sans se rendre compte, Latin n'écoute plus Alexiane, il est partit, à sa manière, dans un autre monde. En extase..
Il explose sous l'œil complice de Naughty
Bonheur à l'état pur


- Voila mon grand musicien..

Alexiane garde sa main enveloppant la partie intime de Latin juste le temps qu'il reprenne ses esprits..
enlacement, douceur , sourire, regard..
remerciements.
Un silence de joie qui en dit long..


- rentre bien Latin, tu es sûr que tu ne veux pas dormir ?
- comme tu l'as dit Alexiane.. on va aller doucement

Fin

Partagez ce récit érotique :
Retour à la catégorie En Groupe

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion

Pour lire d'autres histoires érotiques du même auteur, cliquez sur son lien auteur : latin_chocolait