Récit coquin : Après l'équitation

Page d'accueil > Hétéro

Après l'équitation

-1

Lecture : 19318 fois - Commentaire(s) : 1
Histoire ajoutée le 24/10/2009 par AsMoth

1 vote(s)

Je m’appelle Sofia. Après l’équitation, je me sens souvent toute excitée de retour à la maison. Le fait d’avoir senti mon cul et ma chatte culbuter contre la selle de mon cheval me fait souvent mouiller. La pensée de la queue énorme de mon Zébulon m’excite tout autant. Je rêve parfois de prendre cette verge énorme entre les mains et de la caresser pour soulager ma monture adorée… un beau mâle si puissant…

Alors, de retour à la maison, je me caresse souvent pour me soulager, imaginant un mec bien monté, comme mon cheval prêt à me défoncer le cul et la chatte au rythme du trot de Zébulon… ».

Je suis la manifestation concrète du rêve de Sofia. Je suis un beau mec qu’elle imagine musclé et bien monté. J’arrive chez elle alors qu’elle vient juste de rentrer de sa séance d’équitation.

Arrivant devant Sofia, cette jolie blonde de 24 ans tient entre ses doigts le fouet avec lequel elle excite son cheval. Elle est assise là, son gilet vert ouvert, laissant apparaître son soutien-gorge, et les cuisses amplement écartées sous son pantalon beige et moulant. Elle me regarde. Je suis nu devant elle. Sofia passe lentement sa main sur son entrejambes en fixant du regard mon pénis à moitié en érection. Elle s’interroge sur sa longueur réelle, excitée à l’avance de se faire fourrer avec.

Sofia se lève et retire son gilet. Son pantalon ultra serré dessine parfaitement la forme de ses hanches et de ses cuisses. Sofia est vraiment bien foutue, et commence à me faire bander. Son regard lascif et lourd de désir m’excite tout autant. Elle me demande de me caresser doucement. Répondant à ses ordres, je prends mon pénis à pleine main, et je commence à agiter ma main de l’avant vers l’arrière, faisant ainsi immédiatement bander mes vingt centimètres de chair dure.

Sofia est maintenant dénudée du haut. Ses beaux petits seins m’excitent, tout comme son sourire coquin lorsqu’elle ouvre le zip de son pantalon qui traverse complètement celui-ci. Sofia me présente sa belle petite chatte rose, dont seul le pubis est orné de jolis poils blonds. Elle me demande alors de m’approcher. Sofia saisit mon membre à pleine main. Je sens alors cette main étrangère le serrer fermement, comme pour en mesurer la dureté. Sofia semble toute excitée à toucher ce membre viril qu’elle caresse avec agilité. J’en profite pour me pencher et lui lécher le bout de ses seins qui dardent automatiquement. Sa main s’agite lentement, tirant sur la peau épaisse de ma grosse bite pour en exciter le gland gonflé d’excitation.

J’en profite d’avoir les mains libres pour passer mon majeur entre les lèvres gonflées de sa belle chatte. A l’intérieur de celle-ci coule un liquide visqueux qui fait accélérer le rythme de mon cœur. Sa fente est humide et brûlante. Le fait de sentir mon doigt caresser sa vulve provoque chez Sofia un gémissement profond de plaisir. Sa chatte est douce et tendre, et j’y insère mon doigt doucement. Sofia continue de me branler lentement pour me faire bander au maximum. Dans quelques instants, elle sentira, en elle, cette barre énorme de chair à l’intérieur de son antre. Sofia ondule son bassin au même rythme que mon doigt. De sa voix très sexe et douce et à peine timide, Sofia me demande de la baiser.

Je passe alors derrière elle. Je saisis le zip de son pantalon, et ouvre celui-ci complètement jusqu’en haut de ses fesses. J’aperçois alors son beau cul, aux fesses lisses et fermes. Sa raie culière m’excite. Sofia, le manche du fouet dans la bouche, se met en position, s’offrant bien à moi en s’appuyant sur le dossier du canapé, le genoux droit posé sur l’accoudoir. Je me mets alors bien derrière elle, et l’excite en passant ma main sur son entrecuisses, remontant de sa chatte déjà entrouverte, jusque dans sa raie culière elle aussi bien ouverte. Sofia n’attend plus qu’une chose : sentir mon gros mandrin pénétrer sa fente entièrement. Prenant ma grosse bite à pleine entre les doigts, je dirige mon gland complètement mouillé d’excitation vers sa belle chatte, et caresse celle-ci avec lui, comme pour en humidifier l’entrée. Le contact du bout de ma bite contre les lèvres de sa chatte suffit à Sofia pour commencer à gémir de jouissance. La queue bien droite, je m’insère en elle d’un léger coup de rein. Sa chatte brûlante et humide s’ouvre et laisse passer ma bite énorme, centimètre par centimètre.

Les yeux de Sofia se plissent de plaisir. Je regarde ma belle pine entrer dans sa chatte en l’écartelant outrageusement. Cette première pénétration est d’autant plus mise en évidence que le pantalon de Sofia ne laisse apparaître que la moitié intérieure de ses fesses. Son intimité est donc totalement mise en valeur. N’arrivant pas à m’insérer complètement en elle, je ressors ma grosse verge déjà luisante de mouille, et la réinsère d’un seul et long coup de rein dans la chatte à demi dilatée de Sofia. Celle-ci lâche un petit cri mêlé entre plaisir et douleur. Réitérant l’opération quatre ou cinq fois, j’arrive enfin à m’insérer totalement en elle. je suis là, blotti complètement dans sa chatte chaude et humide. Sofia reste fixe, comme pour apprécier la sensation exquise de son entrejambes entièrement occupé par un sexe de beau mâle. La prenant par les hanches, je commence dès lors à la culbuter, faisant aller et venir ma bite énorme en sa totalité. Je sens les fesses de Sofia s’écraser contre mon bassin. Cette petite jument en chaleur se met à gémir de jouissance au rythme des pénétrations profondes qui dilatent sa petite fente. Sofia n’en est pas rassasiée pour autant, venant à l’encontre de celles-ci en cambrant merveilleusement son cul de déesse. Je lui claque alors sa fesse droite qu’elle me présente pour l’exciter plus encore. Sofia crie et se retourne pour contempler la nudité et la virilité destructrice de son bel étalon. Sofia se fait éclater comme une belle petite jument qui demande son compte. Elle se rend compte à ce moment là combien elle aime la baise et les belles grosses queues. Elle repense à la bite de son cheval Zébulon, qu’elle vit si souvent bander. Elle imagine des tas de chose bien salaces à ce propos. Pour la fois prendre une pose et exciter Sofia, je sors ma grosse bite trempée de mouille de sa belle chatte rose et la fait glisser entre ses fesses. Sofia sent alors dans sa raie culière toute la longueur, la grosseur et la dureté de mon dard en érection totale. Sofia, cambrant son cul en arrière, colle et écrase ses fesses contre mon bassin, et frotte son anus contre ma bite énorme. Elle en lâche un profond gémissement de plaisir.

Elle s’accoude alors sur le dossier du canapé, penchée en avant, et me tendant son cul de jument, elle s’enfonce deux doigts dans la chatte en léchant son pouce. Elle ressort ceux-ci luisant de mouille et ouvre sa chatte avec pour m’inviter à y rentrer de nouveau. Elle se titille la rondelle et me laisse la pénétrer. Je réinsère ma grosse queue dans sa fente et claque ses fesses pour l’exciter. Sofia gémit comme une chienne en rut. Je me mets alors à la culbuter plus violemment, ses fesses s’écrasant sèchement contre mon bassin. Ses grosses boules chargées de sperme tanguent au rythme des assauts. La chatte de Sofia est totalement dilatée par mes puissants coup de queue. Celle-ci entre et ressort en totalité et une onde de choc parcourt le corps de Sofia, faisant tanguer ses beaux seins. Son pantalon en toile dénudant uniquement son entrecuisses m’excite plus que tout. J’ai l’impression de baiser une femme en rut. J’en profite pour lui caresser les seins, un dans chaque paume. Sofia apprécie ma pleine présence masculine dans son entrecuisses. Sentant l’éjaculation arriver, je la saisis de nouveau par la taille, et la culbute le plus fort possible. Sofia cesse alors de sucer son pouce et se met à crier bouche toute ouverte, partagée entre douleur et plaisir intense.

Totalement offerte, elle se rend compte qu’elle aime à se faire prendre comme une bête en rut, violemment culbutée par son mâle dominant. Je lâche de grands râles de jouissance et apprécie sa chatte plus que jamais : cette chaleur odorante et enivrante, ainsi que son cul de déesse qui me donne envie de jouir. Je vois la mouille ruisseler le long de sa fente, ce qui me donne envie d’éjaculer. Alors, par de longs et puissants derniers coups de rein, je me mets à culbuter Sofia. Elle grimace de jouissance, la bouche ouverte pour crier son plaisir. Je sens mon gros gland défoncer sa chatte chaude et tendre, lorsque soudain, je sens mon chibre se raidir. J’ai à peine le temps de ressortir ma grosse queue de sa chatte dilatée lorsqu’un puissant jet de sperme vient gicler entre ses fesses. Je râles mon plaisir comme un étalon, en maculant son cul et son pantalon de larges tâches de sperme. Sofia gémit comme une chienne son orgasme, caressant sa chatte avec ses doigts, étalant mon liquide brûlant de jouissance tout le long de son entrecuisses. Une fois l’éjaculation terminée, je passe mon membre encore dur entre les fesses de Sofia, pour lui laisser le souvenir de ma bite énorme.

Partagez ce récit érotique :
Retour à la catégorie Hétéro

Commentaires

2012-09-05 08:58:10  -  Pik2012  
Très belle histoire bien écrite et très romantique .Je pense que Sofia a dû aimer d'avoir pu être enculée par ce garçon. La prochaine fois il faudra que Zébulon la défonce, mais est- ce qu'elle pourra supporter sa gigantesque bite dans son cul étroit ?

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion

Pour lire d'autres histoires érotiques du même auteur, cliquez sur son lien auteur : AsMoth